Loading...
Loading...

Destinée à accueillir temporairement des patients en situation de handicap et leurs familles, la villa thérapeutique Renaissance est inaugurée aujourd’hui à Hauteville-Lompnes (Ain). Initié par la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), ce projet met l’accent sur l’accessibilité et l’adaptabilité des logements pour les personnes à mobilité réduite.

« Elle va permettre aux personnes à mobilité réduite de vivre dans une maison complètement adaptée et adaptable à chacun avec une domotique intégrée. Une sorte de passerelle entre le monde médical et le retour à une vie autonome. » Voilà comment Éric Barone, multi-recordman de vitesse en VTT sur neige et sur terre, voit la villa Renaissance dont il a accepté d’être le parrain.

Inaugurée lundi 18 septembre, la première villa thérapeutique accueillera bientôt ses premiers hôtes. Implantée à Hauteville-Lompnes  dans l’Ain, à environ 80 km de Lyon et 70 km de Bourg-en-Bresse, elle se situe à proximité de l’établisse­ment médical de rééducation et de réadaptation fonctionnelle Orcet/Mangini.

1 an de travaux, 350 000 euros de budget

Pour réaménager cet ancien logement de fonction de médecin, plus d’un an de travaux a été nécessaire. Le coût s’élève à 350 000 euros financé par de très nombreux partenaires. Initié par les artisans de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), ce projet répond à une double attente thérapeutique et pédagogique. Il s’agit à la fois de permettre aux patients de gagner en autonomie et d’être une vitrine des multiples techniques et matériels utilisés, pour tous les professionnels du bâtiment.

Dans cet appartement thérapeutique de plain-pied, des mises en situation de vie seront proposées aux patients du centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle Orcet/Mangini et aux bénéficiaires du Samsah du CRLC 01 (service destiné aux adultes victimes de lésions cérébrales acquises domiciliés dans l’Ain). Ainsi, elles permettront d’observer et évaluer les capacités des personnes à vivre de manière autonome. Elles constitueront une étape intermédiaire et permettront de valider un projet de sortie.

Une villa à la pointe de la domotique et de la performance énergétique

Lors d’un séjour, les personnes en situation de handicap et leurs familles pourront expérimenter de manière concrète les conséquences dans leur vie quotidienne des séquelles cognitives. « Les patients pourront faire des choix adaptés d’aménagement lors d’un retour au domicile avec le soutien et les conseils des ergothérapeutes, précise-t-on du côté de l’établisse­ment d’Orcet/Mangini. Cette villa thérapeutique permettra également d’accueillir des personnes dans le cadre de séjour de répit. »

Enfin, dans cette “villa témoin”, à la pointe de la domotique, de l’accessibilité et de la performance énergétique, les artisans pourront suivre un programme d’animation pour accéder à la reconnaissance de leur savoir-faire à travers la labellisation Handibat. Créé en 2011, ce label forme les artisans du bâtiment à toutes les nouvelles techniques permettant de répondre aux besoins spécifiques d’accessibilité.

Claudine Colozzi http://www.faire-face.fr/

 

Comments(0)

Leave a Comment